16 février 2017

Il était une fois… Human Coders #HumanCodersA5Ans

Pour fêter nos 5 ans d’existence, nous avons choisi de vous raconter l’histoire de Human Coders. Celle que nous avons vécue, nous, Matthieu et Camille, les deux co-fondateurs. Pas une histoire de chiffres mais une histoire vue de l’intérieur. Allez, on vous raconte !

Notre rencontre

Logo Polytech Nice-SophiaNous nous sommes connus à Polytech Nice-Sophia, une école d’ingénieur en informatique. Nous étions dans la même promotion et nous sommes rapidement devenus amis. Partageant la même passion pour la programmation, nous multiplions les projets d’études ensemble.

Puis, nous avons fait notre stage de fin d’étude en 2008 dans la même start-up, toujours sur Sophia Antipolis. Nous travaillions sur un projet en WebObjects (framework web en Java développé par Apple) et en Flex.
En parallèle, frustrés par le manque de communication entre les développeurs de l’incubateur dans lequel nous étions, nous avons profité de notre stage pour lancer un événement hebdomadaire. Chaque semaine, un intervenant, souvent étudiant, venait faire une conférence d’une heure le midi. Les sujets étaient variés : réseaux neuronaux, SEO, scrum, performance web… Cet événement a connu un joli succès sur Sophia Antipolis avec 14 éditions organisées avant de finir notre stage.

Conférence sur le Machine Learning et les IA avec Matthieu Segret

Une fois le diplôme en poche, Matthieu a continué à travailler pour cette société, cette fois sur Paris. Il s’est ensuite mis à son compte pour proposer des prestations en développement Ruby on Rails. Il avait décidé de ne travailler que 4 jours par semaine afin d’avoir plus de temps libre pour faire sa veille technologique et prendre du recul. Cela nous a inspiré pour la suite.

Durant l’été 2011, Matthieu a commencé à donner des formations Ruby on Rails, dont certaines par l’intermédiaire de grands organismes de formation. Tous étaient gérés par des gens qui connaissaient mal la technique. Personne ne se préoccupait de la qualité de ce qu’il enseignait.

Il a été étonné de ne pas avoir été mis en contact avec les participants avant les sessions afin de connaître leurs besoins et leur niveau. Les autres formateurs étaient rarement passionnés et donnaient des formations sur un grand nombre de technologies différentes (ce qui n’est jamais une bonne idée !). Certains pouvaient former des groupes allant jusqu’à 10 voire 15 personnes en même temps.

Les participants habitués lui racontaient que les formations auxquelles ils étaient allées étaient très scolaires et comportaient peu de pratique. De plus, les formations proposées par ces organismes restaient très classiques et portaient rarement sur des sujets modernes.

Partant de ce constat, Matthieu a alors pris la décision d’organiser lui-même des sessions de formation chez lui, à Saint Germain en Laye, en petit groupe (2-3 personnes). C’était pour lui le moyen de mettre en œuvre sa vision de la formation.
L’ambiance était décontractée. Les participants développaient un projet en Ruby on Rails assis dans un canapé avec une tasse de bon thé à la main. Durant les pauses, ils sortaient prendre l’air avec les participants et visitaient les ruelles piétonnes, le parc et le fameux Château de Saint Germain-en-Laye.

Première formation Rails par Matthieu Segret
Première formation Rails chez Matthieu

Camille, quant à lui, a travaillé pour différentes start-up web en tant que CTO, la plupart du temps avec le framework Ruby on Rails.

2011 : Une idée naît

En 2011, Camille était CTO chez Kisskissbankbank. Ayant déménagé sur Montpellier, il était amené à monter régulièrement sur Paris pour travailler avec le reste de l’équipe. Matthieu l’hébergeait. A chaque fois, nous avions d’interminables discussions autour d’un bon darjeeling, récolte de printemps, sur notre mode de vie, nos projets futurs, notre métier…
Nous parlions souvent de notre sentiment que les développeurs autour de nous ne faisaient pas assez de veille. Faire de la veille leur aurait pourtant permis d’avoir une meilleure vision des solutions qui s’offraient à eux. Ils gagneraient du temps en faisant de meilleurs choix et amélioreraient ainsi leur quotidien. Cette frustration a été notre principale source d’énergie pour créer Human Coders.
A chaque fois que nous nous voyions le désir de créer une société grandissait.

Nos visions divergeaient. Camille imaginait un StackOverflow de l’actualité pour développeurs. Nous gagnerions notre vie grâce à la publication d’offres d’emploi et de la publicité. Matthieu, quant à lui, imaginait un centre de formation proposant une expérience client de grande qualité.
Nous avons décidé de mener tout cela de front.

Pour ses 27 ans, Camille a offert à Matthieu, un livre qui a beaucoup marqué notre vision, la semaine de 4 heures de Timothy Ferriss. Dans ce livre, l’auteur explique comment il est passé de salarié à dirigeant d’une société rentable qui ne l’occupe que 4h par semaine afin d’avoir une vie plus enrichissante. Même si nous trouvions ce livre assez provocateur et peu éthique, il nous a amené à beaucoup réfléchir sur notre mode de vie, notre gestion du temps, nos priorités… C’est aussi de là qu’est née l’idée de construire une activité qui nous permettrait d’avoir le temps de lancer des actions qui nous tiennent à cœur (comme les Human Talks) et de nous épanouir.

En novembre 2011, Matthieu commençait à donner régulièrement des formations sur Ruby on Rails.
En parallèle, nous avons lancé Rubylive.fr un site d’actualité pour développeurs Ruby qui fut rapidement adopté par la communauté. Notre but était d’aider les développeurs Ruby à partager les meilleures ressources qu’ils trouvaient et, en même temps, montrer le dynamisme de cette communauté.
Rubylive

Camille a ensuite posé sa démission. Son préavis chez Kisskissbankbank se terminerait en février 2012. On se lançait !

Jusqu’en février, tout en continuant nos activités respectives, nous avons profité de notre temps libre pour travailler sur notre projet commun : définir clairement notre activité et notre but, trouver un nom, choisir les statuts, définir nos priorités…
À la demande des utilisateurs de Rubylive.fr, nous l’avons décliné sur d’autres langages. Ces sites aidaient les développeurs francophones à faire leur veille et nous en étions ravis.

2012 : Entrepreneurs à plein temps

Le 17 février 2012, Human Coders existait officiellement. Quelques jours après, le préavis de Camille se terminait. Nous étions entrepreneurs à plein temps !
Ce nouveau mode de vie allait nous permettre de participer régulièrement à des événements tech, de rencontrer des gens passionnants et de découvrir de nouvelles technos. On adorait ça !

Première page d’accueil de humancoders.com (février 2012)

Nous avons passé les premiers jours de notre nouvelle vie à concevoir Human Coders Jobs, notre site d’offres d’emploi. Mais, pendant les deux mois qui ont suivi la sortie, aucune offre payante n’a été postée. Pire encore, beaucoup ne prenaient même pas la peine de poster leur offre lorsque nous leur offrions la publication.
A force de communiquer sur la qualité de notre audience, acquise à partir de nos sites d’actu et sur le nombre de visites que les offres recevaient, les clients ont tout de même commencé à arriver.

Human Coders Jobs
Design de la première version de Human Coders Jobs

Pendant ce temps, nous avons continué à donner des formations Ruby on Rails. C’est ce qui nous permettait de commencer à nous rémunérer.

En plus du site d’offres d’emploi, nous souhaitions organiser des formations sur des technologies modernes (CoffeeScript, Chef, ElasticSearch, AngularJS…) et dispensées par des développeurs, références dans leur domaine. En effet, le marché des formations Ruby on Rails était bien trop petit pour que nous puissions en vivre tous les deux. Nous avions donc le choix entre concevoir de nouvelles formations et les donner nous-même (et donc devenir formateurs), ou bien collaborer avec d’autres formateurs (et devenir gérants d’un centre de formation). Cette deuxième option nous semblait être la plus crédible et la plus compatible avec nos valeurs et nos objectifs.
Nous avons alors profité du calme de l’été 2012 pour chercher des formateurs qui souhaiteraient travailler avec nous. Nous entendions leur permettre de se concentrer sur leur métier de formateur et leur assurer un cadre idéal pour leurs sessions de formation (groupes de niveau homogène, petits groupes, lieu cosy…). Nous nous occuperions également de l’administratif, de la communication, de la relation client…
À l’aide de notre réseau, nous sommes parvenus à réunir une équipe d’une dizaine de formateurs en quelques mois.
Dès le début nous avons fait le choix de recruter des développeurs très impliqués dans le domaine. Certains étaient les créateurs de la techno, d’autres des conférenciers reconnus ou encore des contributeurs importants. Il s’agissait par exemple de Nicolas Perriault (créateur de CasperJS), Xavier Lacot (contributeur à Symfony2 et Titanium, et ancien président de l’AFUP) ou encore Cédric Exbrayat (créateur du JUG Lyon et co-organisateur de Mix-IT).
À la même époque, nous avons décidé de rassembler nos différents sites d’actualité en créant Human Coders News. De plus en plus de développeurs l’utilisaient pour faire leur veille.

Par ailleurs, nous voulions contribuer à faire connaître les grands événements tech que nous appréciions. Ainsi nous avons participé à la communication d’une vingtaine d’événements dont Rulu, Forum PHP, DotJS, Take Off, EclipseCon, Apidays, Blend Web Mix, Scala.io, DotScale, Teknseo, DotRB, Mix-IT… Nous les avons interviewés. Nous avons organisé des jeux concours pour faire gagner des places. Nous sommes très fiers d’avoir pu les aider.

Ce n’était peut-être pas le bon moment (mais alors vraiment pas !), mais une autre idée commençait à germer : organiser des événements physiques pour que les membres de notre communauté puissent se rencontrer et partager leurs connaissances. Mais compte tenu de la situation encore instable économiquement de Human Coders, il n’était pas très raisonnable d’envisager de passer du temps dans l’organisation de ce type d’événement.

Pourtant, ne pouvant y résister, et inspirés par des événements tels que Startup Weekend et les Apéros Entrepreneurs, nous avons créé les Human Talks. Il s’agissait d’événements organisés par des bénévoles dans différentes villes en même temps chaque 2ème mardi du mois.
Ils permettaient de décloisonner les communautés de développeurs et nous rappelaient les événements que nous avions créés étant étudiants. Nous en étions fiers. Aujourd’hui, ils ont lieu dans près de 14 villes et plus de 850 talks ont été présentés !

Human Talks à Paris
Human Talks Paris

Toutefois, la fin d’année 2012 s’est révélée assez difficile pour nous car nous n’avions vendu aucune formation hormis la nôtre. De plus, les clients se faisaient encore rares sur Human Coders Jobs. Nous commencions à nous remettre en question sur la viabilité de la société.

2013 : Human Coders, un centre de formation

A force de communiquer, en janvier 2013, nous avons reçu une première demande pour suivre une formation, non dispensée par Matthieu, Symfony2 proposée par Xavier Lacot.
Peu de temps après, une entreprise nous demandait d’initier son équipe de développeurs à Ruby. Matthieu a alors passé un mois et demi à concevoir une formation pour eux.
D’autres clients se sont mis à nous appeler. Nous vendions enfin d’autres formations que Ruby on Rails !
Très vite, l’activité s’est accélérée. Si bien qu’à l’approche de l’été, nous commencions à être dépassé par la logistique et l’administratif, ce qui nous empêchait de nous concentrer sur la stratégie de la société.
Nous avons alors commencé à travailler avec une assistante, Nathalie. Son arrivée a été un véritable bol d’air frais pour nous.

Mi-2013, Human Coders commençait à être connu par les développeurs, mais beaucoup ignoraient que notre cœur d’activité était la formation. Nous nous étions beaucoup dispersés : News, Jobs, Human Talks, partenariat avec des événements, participation à des conférences, rédaction d’articles…
De plus, nous avons très peu communiqué sur la formation car nous avions peur que ce soit mal perçu. C’est pourquoi nous avons travaillé avec un coach business pour nous aider à avoir une communication plus claire et plus assumée. Avec son aide, nous avons profité de l’été pour changer notre slogan, notre page d’accueil, notre bio twitter… pour tout centrer sur la formation. Nous devenions officiellement un centre de formation pour développeurs !
À ce moment là, notre activité ne nous permettait que de payer nos frais et de petits salaires, 1300€ net par mois.

En concentrant notre communication sur la formation, le nombre de demandes a augmenté assez rapidement. Nous avons eu le plaisir de travailler pour des clients prestigieux tels que Moody’s, Airbus, Orange, le CNRS, Décathlon…

De plus, le temps gagné grâce à l’aide de Nathalie, nous a permis d’avoir à nouveau le temps d’innover et de communiquer. C’est, par exemple, à ce moment qu’est née l’idée d’organiser des formations dans des appartements Airbnb pour améliorer l’expérience des participants. Nous avions repéré de superbes lieux dans des quartiers sympas de Paris : Marais, Champs de Mars, Montmartre.

Formation tests avec Rails dans un appart Airbnb
Formation tests avec Rails dans un appart Airbnb

Le formateur et les participants buvaient le café dans le canapé ou allaient faire une ballade dans le quartier. Cela permettait de retrouver un cadre décontracté comme lorsque Matthieu donnait les formations chez lui. Aujourd’hui encore, lorsque nous croisons d’anciens participants, ils nous parlent de l’atmosphère conviviale de nos formations souvent très différente de ce qu’ils avaient pu connaître auparavant.

Les semaines off

Jusqu’alors nous travaillions 5 jours par semaine et très rarement le soir ou le week-end. Nous pensions que beaucoup de nos tâches quotidiennes n’étaient pas très efficaces ou utiles. De plus, nous avions envie de repenser à notre vie personnelle et pour cela de rééquilibrer notre mode de vie. Pendant quelques mois nous avons donc fait des points réguliers dans l’objectif de trouver des solutions pour optimiser notre temps. Nous cherchions à éliminer/automatiser/déléguer les tâches qui étaient les moins utiles. Mais au bout de plusieurs mois, notre travail avait beau avoir changé, nous travaillions toujours 5 jours par semaine…

Force était de constater qu’on ne pouvait désapprendre à travailler sur un rythme classique si facilement. Il nous fallait un élément déclencheur fort pour sauter le pas. C’est là que, inspirés par “la semaine de 4 heures”, nous avons décidé de nous prendre une semaine off chaque mois, tous les deux en même temps. Cela allait nous forcer à travailler moins. Durant ces semaines, nous serions libres de faire ce que nous voulions. Nous essayerions simplement de rester disponibles en cas d’urgence.
Mais les premières semaines furent compliquées. Nous essayions de jouer un maximum le jeu mais tout n’était pas rose. Nous avions des urgences à gérer. Le lundi quand nous rentrions, notre boite mail était pleine à craquer (de mails de clients, de newsletters, de notifications…). A chaque retour de semaines off, nous cherchions comment améliorer les choses pour que la prochaine semaine se passe mieux.
In fine, ces semaines off nous ont beaucoup aidé à prendre du recul sur notre entreprise et à consacrer du temps à d’autres activités enrichissantes.
Au bout de quelques mois, elles se déroulaient chaque mois sans accros. Alors nous avons décidé d’en faire deux par mois, puis trois, puis…

2014 : Optimisation du temps

Il nous fallait continuer sur la lancée des semaines off pour proposer un service de qualité tout en travaillant moins. Nous avons donc passé l’année à réfléchir à ce que nous pouvions déléguer, ce que nous arrêterions de faire et ce que nous pouvions automatiser (développement, services SaaS, etc.)

Nous avons commencé par entièrement automatiser notre comptabilité : récupération des factures en ligne, numérisation des notes de frais, déclaration automatique URSSAF, TVA, etc. Matthieu, qui s’en occupait jusque là, est passé de 4 heures de compta par semaine à 1 heure par mois (le rêve !).

Puis nous sommes passés sur l’automatisation de la gestion administrative des formations, par exemple la génération des feuilles de présence, convocations et contrats de formation, le suivi des dossiers de financement, l’export du bilan pédagogique et financier, etc.

Nathalie nous a aidé à rendre plus efficace le suivi clients, ce qui nous a permis d’accompagner 2 fois plus de participants sans que cela nous prenne beaucoup plus de temps. Nous avons ainsi dit au revoir à la peur d’oublier une étape importante comme la convocation, la mise en relation avec le formateur, etc.

Dans le même temps, nous avions encore doublé notre activité cette année, et cela, en diminuant significativement notre temps de travail. Nous pouvions enfin nous rémunérer convenablement. Nos salaires étaient de 2100€ net par mois à la fin de l’année. Cela nous permettait de tenir dans la durée.

Découverte de la liberté

A l’été 2014 nous nous sommes retrouvé en semaine off 100% du temps. A force d’y penser, de tout faire pour y arriver, on y était arrivé ! Aujourd’hui, demain et tous les jours suivants nous n’aurions plus d’horaires, plus de réveil, plus de to do list, plus d’obligations (du moins très peu)… Nous pouvions travailler où, quand et autant que nous voulions.

Nous avons passé un super été, mais la rentrée ne s’est pas déroulée comme nous pouvions l’imaginer. En réalité, nous avions très peu anticipé ce que pourrait être notre vie à ce moment-là. Nous avions tout d’un coup plein de temps libre et beaucoup de questions. Qui appeler pour boire un café un mardi après-midi ? A quelle(s) activité(s) consacrer notre temps ? Etions-nous toujours utiles à la société ? Devions-nous nécessairement être utiles ? Quels seraient nos futurs projets ? Comment profiter au mieux de ce temps ? N’était-ce pas trop risqué pour Human Coders ?
Nous réfléchissions à ce que nous voulions faire de notre temps. Nous parlions des limites de notre mode de vie. Nous nous interrogions sur le sens de notre travail. Tout était encore à construire pour tirer partie de cette nouvelle organisation !
De plus, nous n’avions pas non plus anticipé la réaction de nos amis qui multipliaient les remarques (“Il est 14h, il faut qu’on retourne bosser. Enfin, sauf ceux qui ne font rien !”). Nous avions du mal à assumer notre situation.

Et puis, petit à petit, nous avons commencé à en parler plus librement. Ce n’était pas de la chance, ce n’était pas injuste, nous avions juste passé plusieurs années à faire en sorte que cela soit possible. Il s’agissait d’un choix de vie et d’un choix stratégique fort. Nous avions privilégié le temps libre là où beaucoup continueraient à chercher la croissance. Et nous avions mis en oeuvre les moyens nécessaires pour y parvenir. Nous étions (et sommes toujours) convaincus que tout le monde peut tendre vers ce modèle. C’est pourquoi nous nous sommes mis à faire de la pédagogie. D’abord auprès d’amis et entrepreneurs intéressés à entrer dans cette démarche. Puis lors de conférences où nous partagions quelques clés pour rendre ce mode de vie accessible à tout ceux qui le veulent.

Nos activités off

Surtout, nous nous sommes mis à en profiter, vraiment. Matthieu est tout d’abord retourné sur les bancs de l’école en suivant des cours de sociologie à l’EHESS (l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales). Tout en apprenant, en parallèle, la salsa. Il a ensuite multiplié les voyages, posant son sac à dos à travers le monde, depuis Saint-Jacques-de-Compostelle, en passant par l’Argentine, le Pérou, le Nicaragua…

Matthieu en rando au Pérou
Matthieu en rando au Pérou

Il a également passé du temps à apprendre de nouvelles technologies comme GraphQL et React.

Camille a quant à lui rejoint une troupe d’improvisation montpelliéraine, les Ours Molaires avec qui il a joué plus d’un an. Il a ainsi découvert les joies des planches et des matches d’impro.

Camille avec la troupe des Ours Molaires
Camille avec la troupe des Ours Molaires

Puis, il s’est intéressé à l’hypnose pour comprendre le fonctionnement de cette discipline et pour s’exercer à un art de rue et de spectacle. Pour la pratiquer, il s’est mis à proposer l’expérience aux passants de la place Jean-Jaurès à Montpellier. D’où est rapidement né un groupe d’hypnose de rue de la ville.

Il a poursuivi son exploration de l’improvisation en se mettant à la guitare, d’abord en prenant des cours particuliers, puis en rejoignant une école de jazz et musiques improvisées.

Camille improvise un blues avec des amis lors dune scène ouvert
Camille improvisant un blues avec des amis lors d’une scène ouverte à Montpellier

Plus récemment, il s’est mis au parapente dans les Pyrénées. Il s’est initié au pilotage, à la météo et bien sûr, aux plaisirs du vol libre.

Toutes ces expériences nous ont fait grandir et nous ont ouvert l’esprit. Elles nous ont permis de rencontrer des gens de cercles très différents et de prendre du recul par rapport à Human Coders. Fini les réflexions sur ce qu’il fallait faire dans les prochaines heures. Nous voyions loin. Comme nous travaillions peu, il fallait toujours aller à l’essentiel, ne nous occuper que de l’indispensable… Nous avions aussi plus de temps pour des échanges qualitatifs. Cela nous a apporté plein d’idées nouvelles et a complètement changé notre façon de prendre des décisions.

2016 : Nous reprenons les choses en main

Avec le recul que nous avions pris, nous nous sommes aperçus qu’à force d’automatiser les choses et de diminuer notre temps de travail, nous avions tout de même la sensation de perdre un peu de notre authenticité : moins d’articles de fond, des tweets automatiques pour annoncer les prochaines sessions de formation, moins de participations à des événements, moins de proximité avec notre communauté, moins de veille… Un décalage commençait à se créer de plus en plus entre notre vision et ce qu’était réellement Human Coders.

2015 ayant été une super année, nous avons décidé d’investir. Pour commencer, nous avons entamé un redesign complet de tous nos sites. Notre look n’avait pas bougé depuis 2012. Nos clients étaient principalement des grands groupes, alors que notre site avait un design amateur avec une communication parfois maladroite.

Nous avons alors enchaîné les brainstormings, trouvé un nouveau slogan, revu l’architecture du site, réécrit tout le contenu, trouvé des inspirations, choisi un designer (merci Fred !), reçu des maquettes, fait pleins d’itérations, trouvé un intégrateur, changé d’inté pour partir avec un super inté (merci Thierry !), fait des feedbacks… Avec tout cela, fin juillet, humancoders.com était enfin prêt ! Cela nous a pris bien plus de temps que nous l’imaginions, mais le résultat était là.

Page d'accueil de Human Coders - Avant/Après
Page d’accueil de Human Coders – Avant/Après

En septembre, l’activité a explosé. Nous avons reçu deux fois plus de demandes de devis que l’année passée à la même période. Cela confirmait la pertinence de notre investissement.

Fort de ce constat, nous avons alors fait la même chose pour les sites de News, Ranking, Jobs, Forum, Blog, Human Talks… (oui, il y a en plein ! Et nous avons vraiment regretté d’en avoir autant à ce moment-là !). Afin d’alléger les coûts, nous avons fait l’intégration nous-même. Résultat, nous avons travaillé dessus quasiment à plein temps de septembre 2016 à début 2017. C’est notre gestion très prudente qui nous a amenés à agir ainsi. Avec du recul, il aurait été sûrement plus sage d’en déléguer au moins une partie afin de rester focus sur nos fonctions habituelles.

Avec l’augmentation du nombre de demandes en fin d’année, nous étions sous l’eau. Il était difficile pour nous d’être proche de chaque client. Nous souhaitions aussi comprendre davantage le contexte de chaque demande afin de proposer les solutions les plus adaptées possibles. Nous avons donc décidé de collaborer avec Lise dans le but de renforcer notre proximité avec nos clients. Son rôle allait être de nous aider sur développement commercial. Nous retrouvions enfin le sur-mesure qui faisait notre force.

Après nous être rapprochés de nos clients, il nous semblait aussi nécessaire de nous rapprocher de nos formateurs. Fin 2016, Matthieu passait encore beaucoup de temps à les accompagner. Il aidait les nouveaux, tous développeurs, à devenir formateurs. Il assistait régulièrement aux sessions de formation pour les conseiller.

Or, nous avions comme projet pour 2017 de proposer un grand nombre de nouvelles formations tout en gardant un haut niveau de qualité. Il devenait difficile de gérer à lui seul l’ajout et l’amélioration continue des formations. Nous nous versions une rémunération de plus de 3000€ à partir de ce moment-là.

C’est pourquoi nous avons proposé à Samir, développeur et co-organisateur des Human Talks Paris, de nous accompagner sur cette tâche capitale. Il allait travailler à faire grandir notre offre cette année tout en améliorant l’expérience de nos clients.
L’arrivée de Lise et Samir allait nous permettre de reprendre à nouveau du recul. Nous avons eu la tête dans le guidon une bonne partie de 2016, il était temps de changer à nouveau de cap. Nous allions enfin pouvoir re-plancher sur des projets originaux pour votre plus grand plaisir !

Comme avec Nathalie, nous avons choisi de collaborer avec Lise et Samir de manière très souple. Ils sont libres de travailler quand ils veulent et d’où ils veulent. D’ailleurs, tous sont à temps partiel. Cela leur convient car ils ont d’autres activités à côté. Ils ne sont pas dépendant de nous et inversement. C’est un mode de vie qui nous plaît.

2017 : Et maintenant …

Matthieu et Camille en plein brainstorming à la campagne
Matthieu et Camille en plein brainstorming à la campagne

Il y a 5 ans, en créant Human Coders, nous voulions vous aider à progresser continuellement dans votre métier de développeur. Aujourd’hui, nous recevons régulièrement des témoignages qui nous donnent le sentiment d’atteindre toujours un peu plus cet objectif. Qu’il s’agisse d’un ancien participant qui nous raconte sa nouvelle vie, d’un ami qui nous décrit comment l’activité de sa société a évolué suite à une formation à une nouvelle techno, ou d’un centre de recherche qui nous confie la formation de ses développeurs, nous avons toujours plaisir à constater notre impact positif.

Nous rêvions également de nous épanouir davantage en changeant notre mode de vie. Cette aventure nous a permis d’apprendre beaucoup de choses sur nous. Elle a radicalement changé notre manière de vivre. Nous avons aujourd’hui la chance de rencontrer régulièrement des gens passionnants, d’apprendre continuellement, de travailler d’où nous voulons, quand nous voulons et si nous voulons.

Durant ces 5 ans, vous avez été nombreux à nous soutenir et nous conseiller. Merci de continuer à nous faire confiance !
Nous avons hâte de poursuivre l’aventure avec vous … et de prendre le temps d’échanger avec chacun d’entre vous !

  • Merci pour ce retour d’expérience sincère ! Bravo de faire des choix et de les assumer jusqu’au bout.
    Respect pour le travail accompli. :D

    Pierre

    • Merci beaucoup Pierre !
      Mon petit doigt me dit qu’on risque d’en reparler prochainement :)

  • Excellent les retours positifs de fondations de start-ups. Toujours un plaisir de vous croiser dans les confs.

    • Merci beaucoup !
      Petite précision, nous ne sommes pas une startup, nous ne cherchons pas la croissance absolument. C’est plus une balance risque/plaisir.
      A très bientôt dans une prochaine conf !

  • Vincent Piau

    Bravo et merci de partager votre expérience, j’ai toujours été curieux de connaître l’envers du décors de votre projet que je suis depuis l’époque Ruby Live. J’avais lu ici et là quelques articles sur votre philosophie et sur le principe de la semaine off, je partage totalement votre vision des choses, le travail c’est bien, le temps de pouvoir profiter de la vie c’est encore mieux ! Aujourd’hui en vous lisant je suis admiratif de tout le chemin accompli, être arrivé à cette fameuse semaine off et bien au delà, c’est formidable. Votre vision des choses reste une source d’inspiration pour mes projets futurs.
    Au quotidien Human Coders est ma principale source de veille, principalement grâce à la qualité du contenu. J’ai eu la joie également de suivre une formation iOS et de rencontrer Matthieu. Les conditions et la qualité de la formation sont de très loin les meilleures auquel j’ai pu rencontrer, je recommande vivement. Bon courage pour la suite, l’avenir s’annonce prometteur.

    • Ton retour est extrêmement motivant. Merci de l’avoir partagé ! Si j’avais un bureau, je l’afficherais au mur :)
      Toi qui nous suit depuis le début, comment tu imagines la suite ? qu’est-ce que tu aimerais qu’on fasse ou pas ?

  • Un grand bravo Matthieu et Camille. Je vous suis depuis vos débuts. Bonne continuation.

  • Romain Didier

    Félicitations à vous deux les amis ! Que de chemin parcouru depuis les bancs de l’école :)

    • Merci beaucoup Romain !
      Ce n’est qu’une succession de discussions, de rencontres, de choix… et j’ai eu la chance de trouver le bon associé :)

  • Patrick Rafael Gómez Ruiz

    superbe parcours. Bravo ! Quand tu parles de réflexion sur la généralisation du modèle de la semaine de 4 jours de travail+1 jour de formation, est-ce une façon de lutter contre le chômage de masse ? penses-tu que ce mode de fonctionnement soit transposable à tout type de métier ou plutôt réservé aux entrepreneurs et informaticiens ?

    • Merci pour ton retour. Ravi que l’article t’ait plu.

      [avis perso]Pour la question du chômage, c’est pas en bossant un jour de moins qu’on lutter contre le chômage. De plus, je pense pas que ce soit une lutte utile à faire. Je serais plus d’avis de l’accepter et voir comment tout le monde peut vivre correctement dans cette situation (revenu universel…).[/avis perso]

      Ce mode de fonctionnement n’est pas lié à l’informatique. Le patron du chaine de restaurant pourrait faire la même chose. Dans la Semaine de 4h, Tim Ferrys le fait avec une boite qui fait de l’e-commerce dans le domaine des compléments alimentaires pour sportif.
      Cela ne s’applique à tous les métiers, ça peut impliquer des changements majeurs de business model, mais je pense que ça doit pouvoir s’appliquer à la plupart des domaines.

      • Pourtant si ton expérience personnelle était généralisée cela pourrait permettre à tous de tendre vers une société de la formation continue tout au long de la vie professionnelle. Par ailleurs, on peut imaginer que ce serait aussi un bon levier pour réintégrer dans le circuit professionnel des chômeurs de plus ou moins longue durée en passant par l’apprentissage. De fait, pour un employeur cela ne devrait pas fondamentalement changer la donne puisque pour un poste il pourrait employer par exemple une personne qualifiée sur 4 jours financés 4 et un apprenti (adulte) en réinsertion/formation sur 1 jour financé 1, de fait la première personne pourrait passer 1 jour en centre de formation et la seconde 4 jours par semaine. Le coût pour l’employeur pourrait être moindre sur 1 poste vu que chaque jour serait rémunéré à hauteur des compétences. Le différentiel ne permettrait pas de financer la formation rémunérée et probablement que ce n’est pas à l’employeur de la financer mais à l’état, à un fond spécifique qui serait constitué. Cela reviendrait beaucoup moins cher que le revenu de base inconditionnel à mon humble avis et serait plus valorisant pour tous les actifs. le différentiel salarial payé en moins par l’employeur pourrait être affecté à la gestion des dysfonctionnements induits par le fait que deux personnes occupent un même poste à des niveaux de qualification très différents. Ce moteur de réinsertion et d’épanouissement par la formation continue pourrait également servir aux transitions de postes de carrière et intergénérationnels, vers une retraite à taux plein plus lointaine dans le temps avec une réduction graduelle du temps travaillé en entreprise plus on vieillit et une sorte de passation de flambeau sur un même poste entre celui qui le quitte pour la retraite, pour une promotion interne ou un départ, et celui qui vient le remplacer. Le ratio 4/1 tendrait pour les deux personnes à s’inverser vers 1/4 jusque la fin de la transition. Tant sur ce choix de vie visionnaire que tu as décidé que de par ton expérience de la gérance de centres de formations, tu pourrais être une figure de proue exemplaire et motrice vers ce type de révolution sociétal dont nous avons tous urgemment besoin. :)

  • Samir Bouaked

    Ravi de faire partie de l’aventure les gars :)

    • Ravis de t’avoir dans la team ! L’année va être funky :)

  • Pingback: Human Coders a 5 ans : récit d'une entreprise bien vivante()

  • Pingback: Veille de la semaine 8 - HackLo()