23 novembre 2012

La Nuit de l’Info 2012

Cette année, nous sommes partenaires de la Nuit de l’Info. C’est un événement que nous aimons beaucoup. Il permet d’établir un lien entre les étudiants et les entreprises, il initie les étudiants à l’entrepreneuriat et c’est un très bon terrain de jeu pour les futurs ingénieurs en informatique.

Nous avons proposé à Sébastien Mosser et Pierre-Alain Muller de venir nous parler de cet événement assez original.

Human Coders [HC]: Bonjour et merci d’avoir acceptés de répondre à nos questions. Tout d’abord, qui êtes-vous ?
Pierre-Alain Muller [PAM]: Je suis professeur des universités, j’enseigne l’informatique à l’Université de Haute-Alsace. Ma spécialité est le génie-logiciel, c’est-à-dire l’art et la manière de développer du logiciel. Je m’intéresse beaucoup à la création de valeur à partir du numérique, et notamment au transfert de technologie et à la création d’entreprises nouvelles. Je suis actuellement Vice-Président Innovation de l’UHA.
Sébastien Mosser [SM]: Je suis maître de conférences en informatique à l’Université Nice-Sophia Antipolis, où j’enseigne principalement le génie logiciel dans l’école d’ingénieur Polytech’Nice Sophia. Je participe à l’organisation de la Nuit de l’Info sur le site de Sophia Antipolis depuis que Pierre-Alain l’a créé, en 2007. C’est maintenant ma 6ème nuit !

HC: Qu’est-ce que la Nuit de l’Info ?
Affiche Nuit de l'Info 2012SM: La Nuit de l’Info est une grande aventure collective. Du coucher du soleil à son lever le lendemain, des étudiants de toute la France planchent en équipe sur la réalisation d’un projet. La grande originalité de la Nuit est que des entreprises partenaires (comme Human Coders) lancent des défis aux participants, en fonction de ce qui leur tient a coeur. C’est cette proximité entre étudiants et industriels qui est favorisée pendant la Nuit, et qui en fait plus qu’un simple concours de programmation.
PAM: C’est un serious game conçu comme un happening. La Nuit de l’Info n’existe que par la volonté des gens qui l’organisent et qui y participent. Le mode d’organisation est basé sur l’émergence (des sites, des équipes, des défis…) et on y apprend principalement à s’organiser pour atteindre un objectif précis dans un temps déterminé. C’est aussi et surtout un événement festif, et une occasion décontractée pour créer des rencontres entre étudiants et entreprises.

HC: Qui peut venir ? Comment participer ?  
SM: Un projet de développement informatique comporte de nombreuses facettes : développement, certes, mais aussi graphisme, marketing, communication, promotion, … toutes les formations ont leur mot a dire ! Et, par conséquent, tout les étudiants le souhaitant peuvent participer. Il faut juste trouver des enseignants assez motivés pour organiser la Nuit dans son Université. Tous les niveaux sont les bienvenus, de Bac -2 à Bac +8, même si la grande majorité des participants sont en Master. 
PAM: Pour participer c’est très simple. Il suffit d’avoir envie ! La Nuit de l’Info est ouverte à tous les étudiants, de toutes les filières. Le thème du sujet est suffisamment large (cette année : la promotion du patrimoine français) pour que toutes les disciplines puissent y apporter leur contribution. Enfin, le principe des défis, permet de récompenser différentes formes de participation, bien évidemment des réalisations informatiques, mais aussi des vidéos, des présentations, des sites-web, des formes d’organisation…

HC: Pourquoi avez-vous créé la Nuit de l’Info ?
PAM: J’ai eu l’idée et l’envie de créer la Nuit de l’Info en me rappelant mes années d’étudiant (notamment une nuit blanche, pendant laquelle j’ai commencé par apprendre le langage Pascal, puis j’ai traité le sujet proposé, et enfin j’ai vu le jour se lever…), et aussi en repensant à mes débuts dans une startup de la Silicon Valley, quand nous allions nuitamment nous restaurer chez Fry’s, une sorte de super marché pour Geek, qui vendait tout ce qui a trait à l’informatique : les machines, les périphériques, le café, les pizzas, le chocolat, les revues… tous les éléments qui sont devenus les ingrédients de la Nuit de l’Info.
SM: PAM nous a raconté sa première expérience mulhousienne lors d’une conférence, sur un coin de table, au café. Il y a eu un effet boule de neige, et la Nuit 2007 est née dans la foulée, suite à son enthousiasme communicatif. C’était bien plus modeste à l’époque, mais on avait déja dépassé les 200 participants sur 9 villes différentes pour la première édition.

HC: Une anecdote à nous raconter ?
SM: Une équipe d’élèves-ingénieurs s’était inscrite en mode “on va tout gagner, on est les meilleurs”. Parmis les autre équipes de Sophia, une petit équipe de la prépa s’était montés, sans prétention. Devinez qui a raflé tout les lots !
PAM: Sur Mulhouse nous avons également des équipes qui participent au “Off”, c’est-à-dire des anciens étudiants qui se retrouvent entre eux, et qui traitent le sujet mais sans concourir pour les défis. Anecdote : ce ne sont pas les anciens qui réussissent le mieux !

HC: Un mot pour la fin ?
SM: Participez !
PAM: Amusez-vous ! Merci !

HC: Merci à vous !

Vous pouvez retrouver toutes les infos de cet événement sur www.nuitdelinfo.com